15697581_1292041137519523_385877947579476826_nEn français cela veut dire la Nouvelle Année ça approche. Enfin je crois.

Je vous souhaite un beau réveillon de la St Sylvestre et tout SchuSSSS pour passer le cap de la nouvelle année 2017.

Pour la nouvelle année j'ai créer un petit club chez moi entre amies. On serait 6 et on est déjà complet, mais on ne sera jamais toute là. Car c'est en fonction de la disponibilité des copines.

Sans titreOn se réunirait un vendredi par mois, pendant 2H00 où chaque personne apporte son tricot ou crochet autour d'une tisane. On papotte, on se conseille ou apprends sur les techniques du tricot ou du crochet, on se motive.

J'avais lu un atricle sur la tricothérapie alors cela m'a donné une idée.

Le tricot a tout bon. En plus du plaisir de faire quelque chose de ses dix doigts, le tricot est un anti stress naturel, et pas que pour les petits traquas du quotidien ! Antidépresseur et véritable injection de zen au cours de nos journées au rythme effréné, le tricot permet de se poser, de faire le vide autour de soi pour se concentrer sur une seule chose à la fois, de décrocher de son téléphone et d’oublier un peu ses mails, et ça fait du bien.

 Tricoter pour déstresser

Le tricot occupe les mains et libère l’esprit. Exactement ce dont on a besoin après une longue journée. Les Etats-Unis sont bien plus avancés que nous en matière de tricot. Lors de leur voyage à New-York, Emmanuelle et Pierre, les fondateurs de Peace and Wool et auteurs du livre Tricothérapie : le nouveau yoga ont remarqué que le tricot y est beaucoup plus démocratisé qu’en France ! Les tricoteurs urbains sont partout dans la ville qui ne dort jamais. Les gens tricotent aussi bien dans le métro que dans les cafés, en solo ou en groupe.

 Mais ça ne s’arrête pas là, au centre médical Cabrini de New York, on conseille aux malades sur le point de subir de lourds traitements de tricoter. Herbert Benson, professeur à la Harvard Medical School recommande le tricot pour soulager les douleurs chroniques ou pour combattre l’insomnie. L’université de Chicago a même classé le tricot parmi les 10 meilleurs moyens pour arrêter de fumer.

 Tricoter : une forme de méditation

 Tricoter une maille à l’endroit, une maille à l’envers… Ça peut paraître long ! Et pourtant, les gestes répétitifs du tricot s’apparentent au yoga ou à la méditation. On entre dans une phase de relaxation intense, où plus rien d’autre ne compte. On laisse les pensées négatives derrière nous pour créer, nos mains s’activent et notre esprit se repose enfin. Une raison de plus pour apprendre à tricoter !

 Trictohérapie : rituel de la détente

 La thérapie par le tricot c’est aussi simplement prendre le temps de s’occuper de soi. De faire quelque chose de manuel, de concret pour offrir ou se faire plaisir. Et quoi de mieux que d’offrir un cadeau fait-main ? Le tricot guérit, rend plus heureux, fait travailler la mémoire. Vraiment on a cherché, mais il est très très difficile de trouver des inconvénients au tricot.

 Si vous êtes une tricoteuse débutante, prenez garde. Sans que vous vous en rendiez compte le tricot deviendra une habitude, un rituel quotidien dont vous ne pourrez plus vous passer. Choisir sa laine et son modèle de tricot, s’installer confortablement dans son canapé pour regarder une série en tricotant, organiser des tricothés avec vos tricopines. En un clin d’œil vous serez devenue accro au tricot.